Divers

L’amour est un temple

« Je ne suis pas très fort en traduction, mais la chanson dit à peu près ça, elle te demande si tu vas mieux, si la vie est plus douce pour toi, si c’est plus facile maintenant, maintenant qu’on a désigné un coupable, elle dit que nous ne formons qu’un, toi et moi, mais que nous sommes différents et que nous devons prendre soin l’un de l’autre, elle dit qu’il y a un temps pour pardonner et un temps pour réveiller les morts, elle dit que l’amour fait souffrir, mais que l’on n’a qu’une seule vie, une seule vie et un seul cœur, un seul sang, elle dit que quand l’amour vous blesse et que l’on ne sent plus que les blessures, c’est qu’il y a encore de l’amour, et qu’il ne faut pas avoir peur de se blesser, puisque si rien n’est plus douloureux que d’ouvrir son cœur en deux, rien n’est plus beau ni plus fort, elle dit que l’amour est un temple, que l’amour est la seule loi, elle dit qu’il faut aimer, et qu’il faut être prêt à souffrir pour ça, elle dit qu’il faut recommencer encore et encore, même si ça fait mal, même quand on est seul, désemparé, abandonné, elle dit qu’il faut continuer à aimer jusqu’à ne plus sentir la douleur. »

L’amour peut-il rendre fou ?

Oui, répond Simon.

Parce qu’il aime trop Lucie, il s’est livré à des actes que la morale et le monde médical réprouvent.

Telle est, du moins, l’histoire qu’il raconte.

Une histoire en forme d’obsession.

La vérité est ailleurs, du côté de ces écrivains – Jane Austen, Ted Hughes, Jack Kerouac – auxquels il ne cesse de se référer comme à des dieux rien moins que bienvaillants. Car Simon, tel Peter Pan, ne veut pas grandir. Il ne veut que Lucie. Qu’elle s’en aille, et c’est le monde qui se trouve menacé de disparition.

Comme tous les héros passionnés, Simon est un fanatique.

Quoi qu’il arrive, il ira jusqu’au bout. Mais il veut être entendu.

Avec ce récit déchirant, il nous ouvre les portes de son théâtre intérieur, de sa fantaisie et de sa souffrance.

Aujourd’hui je te parle de ce livre qui m’a chamboulé 107 ans par Diastème, que j’ai adoré. Je l’ai adoré parce que nous sommes entièrement dans la tête de Simon, ce jeune homme fou amoureux de Lucie, au sens propre. C’est un livre rempli d’émotions et de souffrance, mais ça fait du bien, ce n’est pas dit avec des pincettes, et ce sont des choses qui arrivent. Il n’est pas conseillé de le lire avant d’avoir 15 ans, il est violent.

J’ai décidé, une fois par semaine de te parler d’un de mes livres préférés, qu’est ce que tu en penses ? N’hésites pas à me dire si tu préfères un autre contenu ou si tu aimes aussi ce genre !😊

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s